Infos pratiques     |     Fonctionnement général     |     Genèse du projet
 

Infos pratiques

Base nautique Colmar-Houssen
Tél. 03 89 21 97 60 - 06 22 22 47 22

Périodes et horaires d'ouverture 2017

Du samedi 3 juin au vendredi 30 juin : 

  • Tous les jours de 13h à 19h.

Du samedi 1er juillet au jeudi 31 août :

  • Les lundi, mercredi, jeudi, samedi et dimanche de 10h à 19h.
  • Les mardi et vendredi de 10h à 20h.

La base nautique de Colmar-Houssen     Espace de verdure à la base nautique de Colmar-Houssen     La base nautique de Colmar-Houssen

Tarifs

► Entrée tout public

  • Entrée unitaire : 4,00 €
  • Gratuit pour les moins de 6 ans
  • 1 carte de 11 entrées : 40 €

► Entrée pour les résidents de Colmar agglomération

Attention : les billets doivent être retirés soit à l'accueil de Colmar agglomération, soit dans les mairies des communes suivantes : Colmar (bureau des objets trouvés), Houssen, Horbourg-Wihr, Ingersheim, Wintzenheim, Sainte-Croix-en-Plaine et Turckheim.
Il y a obligation de présenter un justificatif de domicile pour retirer ses billets.

  • Entrée unitaire : 3,00 €
  • 1 carte de 11 entrées : 30 €

► Bus + entrée

  • Ticket bus aller/retour + entrée base nautique : 5,50 €

Attention : Billet en vente dans tous les bus, à l’agence commerciale et chez tous les dépositaires Point Trace.
Vendu et utilisable uniquement pendant la période été définie par la Trace.

Accès

► En voiture

Prendre la direction de Z.I. Nord de Colmar, à la Statue de la Liberté, prendre la direction de Holtzwihr, passer le premier feu de la zone industrielle et au deuxième rond point, prendre à gauche la rue Haussmann.

► Par bus

(Plus d’informations sur les horaires, les itinéraires et les tarifs : www.trace-colmar.fr)

   ♦ Du 3 juin au 1er juillet 2017* :

  • Du lundi au samedi : Ligne n°2 jusqu'à l'arrêt "Haussmann" et puis parcourir 400 m à pied.

   ♦ Du 2 juillet au 31 août 2017* :

  • Ligne n°2 et C jusqu’à l'arrêt "Base nautique"
    - Du lundi au samedi : Ligne n°2 jusqu'à l'arrêt "Base Nautique"
    - Dimanches et jours fériés : Ligne n°C jusqu'à l'arrêt "Base Nautique"

   * dates susceptibles d’être modifiées par la société TRACE

► A vélo

Par les pistes cyclables :

  • En provenance de Colmar (avenue Joseph Rey et rue du Ladhof)
  • En provenance de Houssen (rue de la gravière et rue du château d’eau)

Fonctionnement général

Equipements mis à disposition

Le parti pris d’aménagement est résolument tourné vers une ambiance balnéaire et le concept « Plage ».

Au programme : 

  • une plage de sable fin de 380 mètres de long dont 250 ouverts à la baignade surveillée et une arrière plage de pelouse (solarium végétal).
  • un module d’animations : plateau ludo sportif (beach volley, beach soccer « foot de plage »).
  • un espace d’animations pouvant accueillir des manifestations de tout type (cirque, spectacles…).
  • un espace de jeux pour les enfants de 2 à 6 ans.
  • une buvette/snack accessible à tout public.
  • un module services comprenant un poste de secours (infirmerie), des sanitaires, des cabines de déshabillage, ainsi que des douches. 
  • une viabilisation générale du site comprenant des aménagements divers (paysagers, stationnement..).

Ce grand complexe de loisirs peut ainsi accueillir entre 100 000 et 135 000 visiteurs par saison avec une moyenne journalière de 1500 personnes. 

Règlement Intérieur  

Téléchargez le réglement intérieur relatif à l'utilisation de la Base Nautique de Colmar Houssen :

Plan d’organisation de la surveillance et des secours (POSS)

 Téléchargez le Plan d'Organisation de la Surveillance et des Secours :

 

Genèse du projet

I - Historique

Colmar agglomération a repris le projet de création d’une base nautique, sur le site de la gravière de Houssen, projet qui avait été formé par l’ancien syndicat intercommunal associant les communes de Houssen et Colmar.

Dès la création de Colmar agglomération, le Conseil Communautaire a décidé, le 22 janvier 2004, de lancer un appel d’offres ouvert dans le but de désigner un cabinet d’études qui serait chargé de proposer et de chiffrer différentes hypothèses d’aménagements, en tenant compte des besoins émergents et des contraintes environnementales et techniques.

Le Bureau du Conseil Communautaire a retenu ensuite, le 16 septembre 2004, l’offre de la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne en raison des compétences et des références révélées par ce bureau d’études.

Un Comité de Pilotage  a également été constitué pour suivre les travaux de ce cabinet qui a élaboré trois scénarii.

Le Conseil Communautaire, sur la proposition du Comité de Pilotage, a délibéré le 3 juin 2005 pour choisir le scénario n° 2 proposé (détaillé ci dessous) estimé à 2 500 000 € HT.

Il a également décidé d’engager une consultation en vue du choix du maître d’ouvrage délégué.

Le scénario retenu est basé sur :

  • L’agrandissement à l’Est de l’emprise initiale,
  • La prolongation vers le Nord de la plage,
  • Des stationnements à l’Est avec un accès par la rue Denis Papin  (nombre de stationnements estimé à 440),
  • Un aménagement de la plage sur berge Est avec une arrière plage et un accès végétal,
  • Un module services comprenant un poste de secours, des sanitaires, des cabines, des bureaux, des locaux techniques et un logement de gardien,
  • Un module d’animation assortis d’un local de rangement et d’un local technique ainsi que d’un plateau ludo sportif (beach volley et beach soccer),
  • L’aménagement d’une buvette/snack.

Par délibération du 9 février 2006, le Conseil Communautaire a approuvé la convention de mandat de maîtrise d’ouvrage déléguée confiée à la SEMHA et a décidé d’engager une consultation des maîtres d’œuvre sous la forme d’un concours d’architecture et d’ingénierie sur la base d’un règlement de concours. En outre, il a procédé à l’élection des membres composant le jury de concours.

La procédure de sélection s’est ensuite déroulée, aboutissant le 19 avril 2006 à la présélection de trois équipes parmi 17 candidatures déclarées.

Lors de sa réunion du 23 août 2006, le choix du jury s’est porté sur le projet répondant le plus aux prescriptions du règlement du marché et qui représente l’offre économiquement la plus intéressante.

Après ce choix l’anonymat a été levé et le lauréat du concours s’est révélé être l’équipe Fluor Architecture pour un coût d’objectif de 1 976 444 € HT.

II - Analyse marketing

La situation régionale est très contrastée en terme d’offres de loisirs nautiques. Le Bas Rhin compte 10 fois plus de bases de loisirs que le Haut Rhin.

L’évaluation de la fréquentation montre un potentiel de 100 000 à 135 000 visiteurs par saison avec une moyenne journalière de 1500 personnes et des pointes pouvant aller en cas de beau temps jusqu’à 4000 personnes.

L’influence du projet s’exercera principalement sur l’agglomération de Colmar et en priorité sur la population « permanente ». Le site aura ainsi une vocation de base nautique périurbaine.

Le projet est positionné sur un concept de « Plage » pour permettre son développement en complémentarité de l’offre existante dans l’agglomération (stade nautique de Colmar notamment) tout en veillant à ce que l’organisation spatiale du site décline une large palette de prestations de qualité.

III - Programme

L’organisation générale de la base nautique devrait se développer autour de deux pôles d’activités :

  • Un pôle de baignade et d’activités situé au Nord Est du site qui a ouvert ses portes au public le 1er juillet 2009 (objet de cette 1ère phase),
  • un pôle nautique situé dans la partie Nord Ouest du site et dont le développement sera fonction de l’arrêt de l’exploitation de la gravière par la société HOLCIM (décembre 2013).

L’enjeu global de cette 1ère phase porte sur l’aménagement du secteur Est du site en vue de son ouverture, payante, au public.

Le programme de travaux comprend :

  • la viabilisation générale du site,
  • l’aménagement paysager,
  • l’aménagement d’un accès automobile et d’un stationnement public,
  • l’aménagement de la plage avec diverses attractions sécurisées : plateau sportif, beach volley, beach soccer, …,
  • la construction des bâtiments nécessaires à l’accueil du public, à la surveillance et à l’exploitation du site, un bar.

IV - Coût d’objectif retenu 1ère phase et plan de financement prévisionnel

Par délibération en date du 31 janvier 2008, et suite à la réalisation de fouilles archéologiques pour un montant de 472 283 € HT, il a été nécessaire de réajuster l’enveloppe financière globale prévisionnelle. Ainsi, cette dernière a été portée à 3 019 000 € HT valeur fin de travaux, contre 2 500 000 € HT.

Le coût estimatif de cette première phase est de 3 450 000 € HT, et comprend notamment  :

  • Travaux : 1 942 500 € HT 
  • Maîtrise d'oeuvre : 246 894 € HT 
  • Maîtrise d'ouvrage déléguée : 97 965 € HT 
  • Fouilles archéologiques : 491 285 € HT 

Doit se rajouter l’achat des terrains à hauteur de 1 026 000 € HT.

Ce projet est subventionné dans le cadre du Contrat d’agglomération à hauteur de 1 106 000 € par les collectivités et répartie comme suit : 400 000 € pour l’Etat, 456 000 € pour la Région Alsace (300 000 € au titre du Contrat d’agglomération et 156 000 € au titre du Grand Pays de Colmar) et 250 000 € pour le département du Haut-Rhin.

V - Résultat des fouilles archéologiques

Un diagnostic exécuté en février 2007 par l’INRAP, (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), a confirmé l’extrême sensibilité archéologique du site de la future base de loisirs. Ainsi, suite à ce diagnostic, la Direction Régionale des Affaires Culturelles a notifié à la CAC par arrêté, la nécessité de fouilles archéologiques sur une emprise déterminée, ces fouilles étant un préalable aux travaux d’aménagement.

Déjà, en 1994, des fouilles archéologiques avaient démontré que l’occupation du site démarrait au néolithique (4200 à 3400 av J-C), puis qu’il avait été ensuite occupé au Bronze final (1000 av J-C) et enfin recolonisé à plusieurs reprises à l’âge du Fer (800-650 av J-C, 480-400 av J-C et 180-120 av J-C).

Ainsi, les nouvelles fouilles d’archéologie préventive menées par ANTEA, et qui se sont déroulées de janvier à juillet 2008, ont permis de mettre à jour la plus vaste agglomération gauloise connue dans la région. Le village est composé de maisons de plan rectangulaire sur poteaux et murs en bois et torchis, de greniers aériens sur poteaux et enfin, de puits et fosses diverses.

Le village de Colmar Houssen fait partie des habitats les plus étendus connus dans la plaine rhénane ; il est aussi l’un des plus anciens. D’après l’étude des mobiliers (céramiques essentiellement, mais aussi fibules et monnaies), les premières maisons se sont installées vers 180-150 av J-C. Le village semble abandonné vers 90-80 av J-C.

Enfin, le site est réoccupé au début de l’époque romaine par un petit établissement agricole dés le début du 1er siècle apr. J-C (Habitat découvert en 1994 et limites parcellaires mises à jour en 2008).